musiciens bansite bansitean

Artiste
 

Luiz Filipe , violon
Romano Tommasini,  violon
Wolfgang Tarliz, alto
Tatjana Vassilieva, violoncelle
Janusz Widzyk, contrebasse

Quintette à cordes

de la Philharmonie de Berlin

Quintette à cordes
« Le Quintette à cordes de la Philharmonie de Berlin regroupe les plus grands solistes et chambristes de l’Orchestre philharmonique de Berlin en une formation de distinction rare : Luis Filipe Coelho, premier violon, Romano Tommasini, deuxième violon, Wolfgang Talirz, alto, Janusz Widzyk, premier contrebasse solo de la Phiharmonie de Berlin, et Tatjana Vassilieva, violoncelle, (lauréate du Premier Grand Prix du Concours Rostroprovitch et soliste de renommée internationale).

Le Quintette à cordes de la Philharmonie de Berlin est un ensemble unique en son genre. Contrairement au quintette standard qui consiste au mariage d’un quatuor à cordes avec un deuxième alto ou un deuxième violoncelle, cette formation a comme instrument supplémentaire la contrebasse. Les cinq sections à cordes de l’orchestre sont donc représentées, ce qui permet au Quintette à cordes de la Philharmonie de dépasser les limites conventionnelles d’un ensemble de chambre, tel que le quatuor à cordes, et d’atteindre une dimension symphonique. Il y a quelques grandes œuvres originales pour cette formation avec contrebasse. Le quintette joue également des transcriptions de grandes œuvres du répertoire classique. Grâce à la représentation des cinq sections des cordes de l’orchestre, les possibilités sont nombreuses, et toujours réussies. Les membres du quintette n’ont jamais voulu changer la composition de l’ensemble convaincus par la richesse des sonorités qu’une telle formation peut offrir.

Depuis ses débuts au Concertgebouw de Bruges, le Quintette se produit à travers l’Europe (en Allemagne, Autriche, au Luxembourg, en Belgique, France, Espagne, Italie, Estonie..) et dans les festivals les plus prestigieux (Rheingau Festival, Emilia Romagna Festival, Salzburg Easter Festival, “Glasperlenspiel” Festival, Festival de Llivia, Sisteron, Saoû), ainsi qu’au Japon.