Saint-Avé

Saint-Avé, patrimoine naturel et trésors architecturaux

Saint-Avé possède un patrimoine naturel exceptionnel, le plus connu étant le bois de Kerozer. Il regorge également de trésors religieux et architecturaux qui témoignent d’un riche passé économique.

Les premières traces de la présence de l’homme sur le territoire de la commune remontent à l’époque néolithique (environ -5000 à -2000).

L’occupation Romaine eut un impact sur l’habitat : une villa, dont les traces ont aujourd’hui disparu, fut découverte à Tréalvé (1857), des morceaux de tegulae (tuiles) à Saint-Michel ainsi que plusieurs pièces de monnaies. Le Moyen-âge est marqué par une grande ferveur chrétienne. On y recense en effet quatre calvaires et une quinzaine de croix, la plupart datant du 13ème et 14ème siècle, et deux chapelles : Notre-Dame du Loc (1472-1494) et Saint-Michel à Berval (1524).

Saint-Avé fut le siège d’une vingtaine d’anciennes seigneuries : Beauregard, construite au 15ème siècle, Coëtdigo (1608), Kerbotin (1427), Kerozer (14ème siècle), Lescran, Plaisance, Rulliac (1426). L’activité agricole est alors intensive et de nombreux moulins et minoteries jalonnent la campagne.

En 1790, Saint-Avé fut érigée en commune et même chef-lieu de canton du district de Vannes jusqu’en 1801. En 1886, l’apparition de l’hospice de Lesvellec augmente la population communale de quelques 160 âmes, les familles d’employés de l’hôpital s’y installant.

L’activité industrielle s’intensifie avec la création en 1860 de la Briqueterie Gohaud, qui sera en activité jusqu’en 1956.

Parmi ses richesses, la chapelle Saint-Michel, joyau niché au creux d’un cadre verdoyant, située sur un ancien site d’occupation romaine à une altitude de 125 m. Elle abrite une charpente en bois, des sablières sculptées et une statue en bois. Perdue au fond du vallon, en contre-bas, se trouve une fontaine. Elle fut érigée en 1524 par le recteur de Saint-Avé, en hommage à Saint-Michel. De son placître, on découvre le vaste panorama de la campagne, la ville de Vannes, le Golfe du Morbihan et la Presqu’île de Rhuys. À voir, les sculptures autour des portes du midi et de l’est : sirène, buste humain, saints.

Située en plein cœur de la ville, l’église Saint-Gervais a elle été détruite au début du 19ème et reconstruite de 1830 à 1834. De l’ancienne église subsistent les ailes du transept, quelques pans de murs et des éléments de charpente, et trois fenêtres gothiques qui en sont le plus bel ornement. Dans la nef, la porte en anse de panier, qui donne sur l’ancien baptistère, s’orne de vigoureuses moulures. Elle appartient aussi certainement à l’ancien édifice.

Ancien moulin à vent dépendant du domaine de Kérozer, cet édifice est transformé en belvédère au début du 20ème siècle par la baronne de l’Espée, propriétaire du château. Elle désirait y faire une salle de lecture du haut de laquelle elle pourrait jouir d’une vue sur le Golfe du Morbihan. Les allées d’arbres plantés par son jardinier italien y mène toujours.
Le bois de Kerozer qui s’étend sur 24 hectares offre le plaisir de balades. Du fait de sa proximité avec la ville, il joue le rôle d’un parc naturel qui permet aux citadins et aux Avéens entraînement sportif, détente et promenades dans un site remarquable.

À Saint Avé se trouve également le Centre Culturel Le Dôme : concerts, cirque, théâtre, danse, spectacles jeune public, expositions… En presque 20 ans, Le Dôme est devenu une institution dans le paysage culturel de l’agglomération.

Chapelle Notre-Dame du Loc

La Chapelle a été construite à la fin du XVe siècle et terminée très exactement en 1494 comme l’atteste l’inscription sur l’une des sablières. Le XVIe siècle constitue l’âge d’or de la construction en Bretagne, période de paix après la Guerre de 100 ans et celle de succession au duché de Bretagne.

La Chapelle est un bel exemple de l’architecture gothique flamboyant.

À l’intérieur, une croix de chancel (1500) en bois polychrome est une oeuvre rarissime et classée Monuments Historiques. Sa fonction était de séparer le chœur (sacré) de la nef. On peut admirer également les sablières, les retables en granit et celui en albâtre en provenance d’Angleterre, la formidable collection de statues polychromes (XV au XIXème) dont la Vierge à l’Enfant, récemment restaurée.

À voir dans le placître, fontaine, calvaire et croix sur stèle.

Musicales du Golfe
Mairie - 2 place de l'église
56610 ARRADON

Téléphone contact@musicalesdugolfe.com

Téléphone 07 83 03 59 03

Suivez-nous Accèder à la page Facebook

Newsletter Newsletter

Pin It on Pinterest